Comment boit-on le café à travers le monde ?

Comment boit-on le café à travers le monde ?

Découvrez la suite de notre dossier traitant de la façon dont on boit le café à travers le monde. Après avoir évoqué les différents us et coutumes de la consommation du café en Europe, mettons en lumière les autres continents et la manière dont le café y est consommé.  

Débutons ce petit voyage par le nouveau continent, les Amériques.  

Le continent américain : une grande diversité entre le Nord et le Sud

Le café américain & canadien : léger et peu dense

Le café américain, régulièrement appelé « Americano », est un expresso mélangé avec de l’eau chaude. Très souvent appelé « jus de chaussette » en France et en Italie, ce café est très léger : une sorte d’anti-ristretto italien. Petite originalité pour la ville de New-York : le café communément appelé « red eye » (yeux rouges en français), qui est un expresso mélangé directement avec du café filtre.

Le Canada, troisième pays le plus consommateur de café à travers le monde, propose également un café de type « Americano ». Cependant, des variantes existent, notamment au Québec où l’on sert un café typique mélangeant crème fouettée et sirop d’érable, élément indiscutable de la gastronomie Canadienne.

Le café mexicain : sucré et épicé

Le café mexicain est étonnant ! Appelé « Café de Olla » au Mexique, c 'est LE café gourmand par excellence. Le mot "olla" signifie pot en terre cuite en mexicain car ce café est traditionnellement préparé directement sur le feu, dans un pot en terre cuite émaillée.

La recette est simple : faire bouillir de l’eau, du sucre et de la cannelle dans une casserole. Une fois ces actions réalisées, il faut ajouter le café et laisser infuser l’ensemble avant de déguster.

Le café brésilien : un café très sucré

Le café est une chose très sérieuse au Brésil ! Le Brésil est le plus gros producteur de café au monde, et ce depuis plus de 150 ans. Dans ce pays immense, on boit le « cafezinho » à n’importe quel moment de la journée.

C’est un café noir, brûlant et très sucré. Traditionnellement, les Brésiliens préparent ce type de café avec un porte-filtre appelé « mariquinha », puis ajoutent une grande quantité de sucre.

Le continent africain : berceau de la production du café

Le café éthiopien : aux origines du café

L’Éthiopie est le sixième producteur de café au monde, mais c’est dans ce pays que la production du café a été développée pour la première fois. La cérémonie qui entoure la dégustation d’un café se nomme la « buna » et est très codifiée. Les grains de café sont ainsi grillés dans un récipient en terre puis sont broyés au pilon afin d’obtenir une poudre. Une fois cela réalisé, la poudre passe ensuite dans trois bains successifs d’eau brûlante, avant d’être servie aux convives.

Le café est souvent offert aux invités : il est servi à l'occasion d'une fête, ou consommé quotidiennement. Si le café est refusé par l'hôte, un thé peut lui être servi en guise de remplacement.

Le café marocain : le Kawa, une institution au Maroc

Les Marocains sont de grands amateurs de café, qui joue un rôle essentiel dans la culture de l’hospitalité marocaine. Appelé « Kawa », ce café peut être agrémenté d’épices afin de corser le café, une expérience gustative assez déconcertante pour les étrangers de passage.

D’autres épices peuvent également être ajoutées en fonction de la région où l’on se situe : cumin, sésame ou encore clou de girofle peuvent être infusés dans votre café.

Le café sénégalais : une boisson populaire

Au Sénégal, lorsque l’on évoque le café, on parle de « touba ». Cette boisson, devenue très populaire dans le pays, est issue d’un mélange de café Arabica avec du poivre noir de Guinée qui lui confère son arôme et une saveur plus accentués.

Sa popularité est telle qu’aujourd’hui, le touba est même vendu dans des petites tasses en plastique dans les rues de la capitale (Dakar) et ses périphéries par des commerçants ambulants.

Le continent asiatique : des cafés originaux et onéreux

Le café indonésien : l’un des plus chers au monde

L’Indonésie est le quatrième pays producteur de café dans le monde. Ancienne colonie néerlandaise, les Indonésiens n’avaient pas le droit de récolter les graines de café à cette époque. C’est en nettoyant les plantations qu’ils ont découvert que les déjections de civettes (un mammifère proche du chat musqué) contenaient des grains de café. Les Indonésiens les ont alors ramassés, lavés puis torréfiés et ont ainsi créé le "kopi luwak".

Ce café est le plus cher au monde. Une fois récolté, ce café est soigneusement lavé et séché au soleil, avant d'être légèrement torréfié de manière à conserver ses arômes complexes et l'absence d'amertume gagnés à l'intérieur de la civette.

Le café singapourien : un petit air de Normandie ?

Le café singapourien est original : appelé "Kopi Gu You", il consiste en un café chaud versé dans du beurre doux. Une fois le beurre fondu, il faut vigoureusement mélanger le tout afin d’obtenir un café onctueux.

Ce café est également appelé « Coffee Butter » par les anglophones.

Le café vietnamien : des œufs et du sucre !

Le Vietnam est, derrière le Brésil, le second producteur de café dans le monde. Il dispose d’un café surprenant appelé « Cà Phê Trứng ».

C’est un café espresso fouetté avec un jaune d’œuf, le tout agrémenté de lait concentré. Un mélange qui déconcerte les voyageurs étrangers, habitués à l’amertume du café.

L’Océanie : un engouement pour le café

Le café australien : un récent engouement pour le café

L’Australie, la plus grande île au monde, fait partie du Commonwealth. Traditionnellement, cette « île continent » boit du thé à l’Anglaise. Toutefois les Australiens se sont lancés dans la culture du café il y a près de deux siècles.

Depuis, le grand classique que l’on retrouve sur les tables de Sydney, Brisbane, Darwin ou encore Melbourne est de boire un « Flat White » : un double espresso servi dans un verre avec du lait chaud et de la mousse de lait.

Le café tahitien : un arôme de vanille

Grand amateur de café, le peuple Tahitien a adapté le café à sa culture locale. Le café est ainsi préparé le matin puis conservé dans un bocal hermétique. Les Tahitiens ajoutent une gousse de Vanille afin de rendre le café plus doux, ce type de café pouvant être bu chaud ou froid en fonction du moment de la journée.